Les oiseaux bagués de 2020

Publié le 09/03/2021 Vu 99 fois

Découvrez le bilan 2020 des observations d'oiseaux bagués sur le Nord Loir-et-Cher


Tous les ans des centaines de milliers d’oiseaux survolent notre zone d’étude. Parmi eux, certains sont équipés de « bagues ». Seul un œil aguerri permet dans la plus grande majorité des cas de les détecter ; heureusement les ornithologues y sont habitués et les cherchent.

La lecture des « bagues » apporte nombre d’informations qui permettent de mieux connaître les espèces et donc de mieux les protéger. Ces informations sont très importantes et nous renseignent sur les voies de migration, les zones d’hivernage, les zones de nidification, les déplacements…et également sur la biologie de l’espèce.

En 2020, 8 oiseaux équipés de « bagues » ont été détectés et chacune d’elles a été déchiffrée.  (Source : Florian Laurenceau, Pauline Borie).

Ces 8 oiseaux correspondent à 5 espèces différentes : le Fuligule milouin (1), la Grande Aigrette (2), la Mouette rieuse (1), le Busard cendré (1) et l’Hirondelle rustique (3). Certains de ces oiseaux sont des habitués du secteur.

La Grande Aigrette biélorusse vue chaque année depuis 2017, a été observée de nouveau le 4 décembre 2020 à Naveil/Villiers-sur-Loir. Pour rappel cet oiseau, a été bagué au nid en Biélorussie le 22/05/2016 sur le « Krasnoslobodskoe water reservoir » au sud de Minsk. Cette Grande Aigrette de 4 ans, a donc fait au moins 1917 km pour arriver chez nous. Depuis son baguage, cet oiseau n’a jamais été observé, en apparence, en dehors de notre zone d’étude.

Une seconde Grande Aigrette baguée a été vue à Naveil, le 7 novembre, le 21 novembre et le 4 décembre 2020. Cet individu a déjà été observé en 2018 et 2019 dans le secteur. Cet oiseau a été bagué jeune au nid le 16/05/2009 au lac de Grand-Lieu (44). Cet oiseau semble apprécier le Loir-et-Cher car il a déjà été observé en 2013 sur l’étang de la Vernotière à Vernou-en-Sologne.

Une Mouette rieuse baguée a été vue les 3 et 4 avril 2020 à Naveil. C’est une habituée puisqu’elle a déjà été contactée sur notre zone d’étude en 2017 et 2019. Cette mouette a été baguée sur une décharge à Botarell en Espagne le 12 mars 2016. Depuis son baguage, on dispose de quelques données qui relatent l’observation de cet oiseau. Ainsi, en août 2018, elle était dans le Maine-et-Loire à Loire-Authion. Fin novembre 2018, elle était de retour en Espagne à Pinto (au Sud de Madrid). Elle semble donc passer la mauvaise saison en Espagne pour revenir au printemps en France.

Une femelle Fuligule milouin baguée a été observée à Couture-sur-Loir le 21 janvier et le 5 février. Cette femelle a été baguée le 19 mai 2016 à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu. Elle a déjà été observée à plusieurs reprises à Couture-sur-Loir en 2019. Les observations faites dans le Loir-et-Cher sont les seules en dehors de sa commune d’origine et ne concernent que des données d’hivernage

Une femelle Busard cendré baguée a été observé sur la commune de Nourray le 26 juillet 2020. Cette femelle a été baguée le 7 juillet 2016, au nid, à l’âge de 27 jours, sur la commune de Louresse-Rochemeunier dans le Maine-et-Loire. Lors de cette observation de juillet 2020, elle avait donc plus de 4 ans et avait parcouru au moins 114 km. L’oiseau n’avait encore jamais été identifée hors de son département. A titre informatif, cette femelle a tenté deux reproductions en 2020, dans le Maine-et-Loire, qui ont été deux échecs successifs suite à deux installations dans des ray-grass et la non-acceptation des protections misent en place.

Un mâle adulte d’Hirondelle rustique a été contrôlé à Villiers-sur-Loir le 23 avril 2020. Cet oiseau avait été bagué à Naveil le 30 mai 2019. L’oiseau était donc de retour dans son secteur, 1 an après. Une session de baguage d’hirondelle a eu lieu le 12 juillet 2020 à Naveil, au cours de laquelle, 2 femelles adultes d’Hirondelle rustique déjà baguées ont été contrôlées. Elles avaient été équipées de bague, en 2019 sur ce même lieu. On constate donc une fidélisation du site de reproduction.

En conclusion, ces oiseaux ont des origines bien différentes. Ces informations sont toujours intéressantes et nous permettent d’améliorer notre connaissance de l’avifaune locale. Reverrons-nous ces espèces sur notre secteur en 2021 ? A vos jumelles !

Auteur : Florian LAURENCEAU - PN